toutes les options
buster  ] [  bullseye  ] [  sid  ]
[ Paquet source : e-wrapper  ]

Paquet : e-wrapper (0.1-2)

Liens pour e-wrapper

Screenshot

Ressources Debian :

Télécharger le paquet source e-wrapper :

Responsable :

Ressources externes :

Paquets similaires :

invocation d’un éditeur avec gestion facultative fichier:n°_ligne

Tous ou presque tous les éditeurs Unix gèrent la syntaxe « éditeur +42 fichier », pour ouvrir le fichier et démarrer avec le curseur à la ligne 42. Hélas, la syntaxe de programmes qui produisent une telle utilisation de données est différente : soit « fichier:42: quelque_chose » ou « fichier:42:1: quelque_chose », :1 étant un numéro de colonne.

Cette enveloppe reconnaitra de telles références et appellera $EDITOR en utilisant la notation +. Donc, une fois qu’un message d’erreur apparait, il est possible de copier et coller son premier mot sans besoin d’ajustement manuel. Particulièrement, si la sélection par souris est configurée pour permettre « : », c’est un simple triple clic (L+L+M), et c’est toujours aussi pratique sinon.

Si l’éditeur permet l’ouverture de plusieurs fichiers, « e » peut gérer des tuyauteries telles que : * git grep MEOW|e -: * make 2>&1 >/dev/null|grep error:|e -::

Aussi, en raison de son nom très court, il réduit les frappes nécessaires pour démarrer l’éditeur, de moitié si vi est utilisé, de 80 % pour emacs ou jstar, et c’est de loin la commande la plus fréquente qu’un utilisateur d’Unix saisit.

Étiquettes: Mis en œuvre en: Perl, Interface utilisateur: Ligne de commande, Rôle: role::program, use::editing, Fonctionne avec: Texte

Autres paquets associés à e-wrapper

  • dépendances
  • recommandations
  • suggestions
  • enhances

Télécharger e-wrapper

Télécharger pour toutes les architectures proposées
Architecture Taille du paquet Espace occupé une fois installé Fichiers
all 4,0 ko14,0 ko [liste des fichiers]